Prochain reportage : Championnats de France CLM et Route

La Crito'Star 2018 : une organisation VELOSTAR

mercredi 15 janvier 2014

Tropicale Amissa Bongo #3

Crédit photo Tropicale Amissa Bongo


Après Jérôme Baugnies hier, c’est à nouveau un coureur de l’équipe belge Wanty-Groupe Gobert qui s’est imposé aujourd’hui à Lambaréné sur les bords de l’Ogooué. Il s’agit de Roy Jans qui a profité du retour du peloton sur le dernier échappé Songezo Jim à quatre kilomètres de l’arrivée pour se replacer en tête avant la dernière ligne droite. A 22 ans, ce solide coureur qui s’est toujours bien placé sur les classiques du Nord de l’Europe a réalisé une grande performance grâce à sa puissante pointe de vitesse. Il a devancé le vainqueur de la veille, son coéquipier Jérôme Baugnies, ce qui leur a permis de lever ensemble les bras sur la ligne pour une belle photo de famille. «Tout nous sourit en effet en ce moment, on est sur une bonne dynamique», racontait l’heureux vainqueur sur la ligne d’arrivée devant les nombreux micros tendus vers lui. Mais derrière les Belges de Wanty-Groupe Gobert, un autre match se déroulait entre les postulants au classement général. Luis Leon Sanchez qui avait décroché le maillot jaune la veille a bien failli le perdre aujourd’hui car son compatriote Egoitz Garcia de Cofidis lui a repris quatre secondes de bonifications en terminant troisième de l’étape. Le leader de l’épreuve n’a donc plus qu’une petite seconde d’avance au classement général. «Ca prouve que rien n’est joué, expliquait Luis Leon Sanchez. Avec cette chaleur, beaucoup de surprises peuvent encore se produire. C’est une course difficile à contrôler, il va falloir travailler tous les jours.». Régulier au sprint en rentrant une nouvelle fois dans le top 10, le Français Florian Sénéchal (Cofidis) conserve le maillot de meilleur jeune.
La Tropicale qui fête cette année son 9e anniversaire devient un événement de plus en plus important comme l’explique Richard Virenque le grand champion français. «Le niveau a gravi beaucoup d’échelons ces dernières  années, explique le meilleur grimpeur du Tour de France. C’est une course qui m’aurait beaucoup attirée si elle avait existé pendant que j’étais en activité. Tout est en place pour en faire une grande course, le climat et les belles routes. Voir un coureur comme Luis Leon Sanchez qui est l’un des meilleurs mondiaux s’imposer ici, prouve que la Tropicale a trouvé une grande crédibilité. » D'après tropicaleamissabongo.com