A la une

mercredi 30 juillet 2014

TDF : Défis réussi pour Océane

Crédit photo Vélostar.fr
Il fallait être fort pour espérer rivaliser avec Océane. Tour juste revenu des championnats de France sur Piste et présente sur le Tour de France avec le stand Sports Carbone et Donnons des Elles au Vélo avec l'ECMV, la championne n'aura laisser que très peu de concurrents rivalisés avec elle.




Critérium de Lisieux. Tony Gallopin vainqueur de la 33e édition

Tony Gallopin a remporté ce mardi, le 33e Critérium d'après Tour. Le cycliste avait endossé le maillot jaune le 13 juillet dernier.

Crédit photo Jean-Yves Desfoux

Tony Gallopin (Lotto) est le grand vainqueur de ce 33e Critérium léxovien. A la deuxième place, on retrouve le champion de France Arnaud Démare (FDJ). S'en suit le Luxembourgeois Franck Schleck (Trek) sur la troisième marche du podium. D'après ouest-france.fr

3h VTT - Cliron (08)


dimanche 27 juillet 2014

TDF #21 : La consécration de Nibali ; Kittel de bout en bout

Dominateur sur l'ensemble de la 101ème édition du Tour de France, Vincenzo Nibali a scellé son succès en bouclant la dernière étape en 81ème position, après en avoir remporté quatre sur sa longue route depuis le Yorkshire, et surtout distancé tous ses rivaux pour le titre. L'Italien, déjà vainqueur de la Vuelta 2010 et du Giro 2013, devient le sixième coureur de l'histoire du cyclisme  à s'imposer sur les trois grands tours, après Jacques Anquetil, Felice Gimondi, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Alberto Contador. Son premier poursuivant au général, Jean-Christophe Péraud, a connu une grosse frayeur en chutant à 43 km de l'arrivée, mais termine finalement avec un retard inchangé de 7'37''. Le podium est complété par un deuxième coureur français, Thibaut Pinot, qui permet au clan français de réaliser une performance inédite depuis 30 ans, avec le duo Fignon-Hinault aux deux premières places. Le maillot vert est remporté par Peter Sagan, qui quitte le Tour dans son habit habituel mais sans avoir remporté d'étape, contrairement au maillot à pois Rafal Majka, vainqueur à la fois dans les Alpes et dans les Pyrénées... et surtout Marcel Kittel, qui s'offre une 2ème victoire sur les Champs-Elysées en battant Alexander Kristoff. Pour le sprinteur de Giant-Shimano, il s'agite de la 4ème étape remportée cette année... la 7ème au total pour les coureurs allemands.  

Crédit photo ASO


Chavanel à l'attaque
La première partie de l'étape est consacrée à un aimable défilé, mêlant dégustation de champagne et échanges de congratulations. Le peloton progresse à une allure très tranquille vers Paris (32,2 kilomètres dans la première heure) emmené par les coéquipiers du Maillot Jaune Vincenzo Nibali. C'est en pénétrant dans la capitale que le rythme commence à s'élever, et le premier passage sur les Champs-Elysées donne le coup d'envoi des tentatives d'attaque. Sylvain Chavanel s'y essaie le premier, mais ne passe qu'une poignée de kilomètres en tête. A 49 kilomètres de l'arrivée, c'est au tour du doyen du peloton, Jens Voigt, de placer son accélération, avec le même sort.  

Crédit photo Vélostar.fr


Chute et grosse frayeur pour Péraud
Les tours de circuit commencent à s'enchaîner de façon assez classique. Pas pour Jean-Christophe Péraud, victime d'une chute à 43 km de l'arrivée. Le deuxième du classement général est contraint à un effort de 7 kilomètres pour reprendre sa place et clore l'incident qui sera classé au rang des grosses frayeurs. 





Kristoff revu par Kittel
A 36 km de l'arrivée, un quatuor se détache avec Porte (Sky), Morkov (Tinkoff), Serpa (Lampre) et Fonseca (Bretagne), qui parviennent à peine à se creuser un capital de 30''. A 13 kilomètres, Richie Porte est d'ailleurs le seul rescapé de cette aventure, qui s'achève à 5 kilomètres de la ligne. Un sprint final se prépare alors entre les équipes de spécialistes. Le train de Giant-Shimano est parfaitement en place à 2 kilomètres du but, mais Marcel Kittel doit affronter en duel Alexander Kristoff dans la dernière ligne droite. Le Norvégien, qui a commencé à fournir son effort le premier, est revu par le colosse allemand dans les 100 derniers mètres. Kittel signe son 8ème succès sur la Grande Boucle, le 2ème consécutif sur les Champs-Elysées.   D'après Letour.fr

samedi 26 juillet 2014

TDF #20 : Martin en maître, les Français dans l'histoire

Le contre-la-montre final du Tour de France 2014 a vu la nette victoire de Tony Martin, le grand spécialiste de l'exercice ayant confirmé sa domination avec une avance de plus de 1'30'' sur son premier poursuivant au classement du jour, Tom Dumoulin. Surtout, dans la lutte pour les deux places du podium à prendre derrière Vincenzo Nibali, Jean-Christophe Péraud et Thibaut Pinot ont éjecté Alejandro Valverde pour former un duo tricolore inédit à ce niveau de la hiérarchie depuis 30 ans (Fignon et Hinault, 1er et 2ème en 1984). Romain Bardet perd quant à lui sa place de 5ème pour seulement 2'', en ayant subi une crevaison dans le final. Vincenzo Nibali, 4ème de l'étape, prendra le départ de la dernière étape du Tour avec près de huit minutes d'avance sur Péraud.  

Crédit photo ASO

Danny Pate élève les débats
Classé à près de 6 heures au général de Nibali après les 18 premières étapes, Ji Cheng a l'honneur d'ouvrir le parcours du chrono final. Mais le premier Chinois participant au Tour de France ne connaît pas le privilège d'établir le premier temps de référence, puisqu'il est dépassé à 13 km de la ligne  d'arrivée par Davide Cimolai, parti deux minutes après lui. L'Italien est à son tour éclipsé des tablettes par Arnaud Démare, très brièvement, puis par Adrien Petit, qui cède à son tour le fauteuil de leader provisoire de l'étape à Vladimir Isaychev. Le premier chrono de haut rang est signé par Danny Pate, qui boucle le parcours à une moyenne de 46,70 km/h.

Martin enrhume trois coureurs
Le champion du monde espoirs de 2001 occupe pendant près de deux heures la tête du classement, mais il en est délogé dans les grandes largeurs par Jan Barta, avec 1'14'' de moins au chrono à l'arrivée. Toutefois, le rouleur tchèque assiste sans surprise à sa déchéance avec la démonstration de Tony Martin, qui déboule sur Périgueux après avoir enrhumé trois coureurs partis devant lui. Sur la ligne d'arrivée, le compteur du triple champion du monde affiche une moyenne de 48,8 km/h, et 1'47'' de moins que Barta.

Bardet, deux secondes trop tard
La victoire d'étape se profile pour le coureur allemand, mais le défi de Périgueux engage également les acteurs du classement général, qui ne se sont pas encore distribué les places d'honneur. Une première bataille est livrée par Romain Bardet, qui doit défendre sa 5ème place face à Tejay van Garderen. Avec seulement 2'07'' d'avance, l'Auvergnat tient le coup sur les 19 premiers kilomètres, mais n'a plus que 20'' de marge sur son rival américain au passage au km 39. Arrêté par une crevaison dans les 10 derniers kilomètres, Bardet continue de s'accrocher, mais franchit la ligne d'arrivée… deux secondes trop tard pour résister à Tejay van Garderen.

Valverde en retrait
Dans la lutte pour le podium, Alejandro Valverde se montre en retrait dès le premier temps intermédiaire, où la composition du Top 3 se précise à l'avantage des coureurs français, et plus spécialement de Jean-Christophe Péraud, en position de prendre la 2ème place du classement général. Malgré une crevaison en cours de route, le leader d'AG2R La Mondiale franchit la ligne d'arrivée avec le 7ème temps, qui lui permet de dépasser Thibaut Pinot au classement général. Le jeune français de la FDJ.fr, 12ème de l'étape, conserve le maillot blanc et reste sur le podium, avec 1'31'' d'avance sur Valverde. D'après Letour.fr

Partagez sur Facebook