A la une

samedi 19 avril 2014

Anthony Turgis s'impose sur Liège-Bastogne-Liège



Un peu plus d'une semaine avant les pros, les Espoirs disputait ce samedi la Classique Liège-Bastogne-Liège. La 29ème édition de la "Doyenne Espoirs" reliait la Place Mac Auliff de Bastogne au vélodrome d’Ans-Alleur, pour un total de 181,5 kilomètres. Pas moins de neuf difficultés étaient répertoriées tout au long du parcours : la côte de Mormont (km 49,2), la côte de Mont (km 56,5), la côte de Wanne (km 90,2), la côte du Rosier (km 110,1), la Vecquée (km 122,5), la Redoute (km 140,3), la côte de Tilff (km 161,2), la côte de Saint-Nicolas (km 170) et la côte d’Ans (km 175,8). Cette dernière était située à six kilomètres de l'arrivée.

6 coureurs à l'avant, dont 3 Français
Le début de course est très animé. On assiste à de nombreuses attaques pour prendre la bonne échappée ! Il faut attendre le km 11 pour voir un groupe prendre les devants. Quatre coureurs le compose : Kevin Deltombe (Lotto-Belisol U23), Martin Bouedo (Team U Nantes Atlantique), Emiel Vermeulen (Team 3M) et Adrian Janssen (Croford CT). Ce quatuor est rejoint, quelques minutes après, par un duo Français : Dorian Lebrat (Chambery) et Guillaume Thevenot (Vendée U). Le peloton décide alors de laisser filer. De ce fait, au km 30, l'échappée de 6 compte 3'18'' d'avance sur le peloton. Dans la côte de Mont, la deuxième difficulté du jour, l'avantage est de 5'30". Au km 75, l'écart monte à 6'. L'allure du peloton augmente alors un petit peu. L'échappée perd du terrain : 4'20'' au sommet de Wanne, à 91 kilomètres de la ligne. Par la suite, de nombreux coureurs n'arrivent plus à suivre l'allure du peloton. C'est la formation BMC Development qui mène le peloton. À 71 kilomètres du but, les hommes de tête ne disposent plus que de 1'56'' d'avance sur le peloton. 

Regroupement après la Redoute, des attaques
Taylor Eisenhart (BMC Development) sort en contre à un peu plus de soixante bornes de l'arrivée. L'Américain est ensuite rejoint par Antoine Warnier (Color Code - Biowanze). À 48 kilomètres du but, le duo de poursuivants est à 20'' des 6 hommes de tête. Le peloton est alors à 44''. Dans la Côte de la Redoute, au km 142, Antoine Warnier revient en premier sur l'échappée, et dépose directement les autres membres de l'échappée. Il est alors seul en tête. Les anciens échappés sont repris, peu avant le sommet de la Redoute. Au sommet, c'est Floris De Tier (EFC-Omega Pharma - Quick Step) qui amène le peloton, alors composé d'une trentaine de coureurs. Warnier se relève. Le Belge attend le premier peloton. Il reste trois côtes. Trois hommes essayent : Ludovic Robeet (Color Code - Biowanze), Lillian Calmejane (Vendee U) et Jean-Albert Carnevali (Verandas Willems). En vain le peloton revient vite. Des coureurs essayent de s'échapper avant la côte de Tilff. Nans Peters (Chambery CF), Dylan Teuns (BMC Development) et Kenneth Van Rooy (Lotto Belisol U23) tentent. Mais le peloton se regroupe dans la côte de Tilff. Tout est à refaire. Louis Vervaeke (Lotto - Belisol U23) attaque quelques hectomètres après le regroupement. À 13 kilomètres du but, Vervaeke compte 12" d'avance sur le peloton. Nouveau regroupement général à 13 kilomètres du but.

La côte de Saint-Nicolas fait la différence, et Anthony Turgis s'impose !
50 coureurs se présentent en tête au pied de la côte de Saint-Nicolas. Pierre-Roger Latour (Chambery CF) attaque dans la côte. Il est rejoint par un petit groupe avant le sommet. Dylan Teuns (BMC Development) passe à l'offensive après le sommet. À 7 kilomètres du but, l'homme de tête dispose de 5'' d'avance sur un duo Anthony Turgis (CC Nogent-sur-Oise) et Tao Geoghegan Hart (Bissell). 12'' derrière l'homme de tête, il y a une dizaine de coureurs. Le duo de poursuivants revient sur Teuns. Il y a donc 3 coureurs en tête de la course. Le trio passe en tête au sommet de la côte d'Ans, la dernière difficulté du jour. À 4 kilomètres de l'arrivée, le trio de tête a 11" d'avance sur les poursuivants. Loic Vliegen (BMC) sort de derrière et revient sur le trio. À 1 bornes de la ligne, il y a 4 coureurs en tête. Au final, c'est le Français Anthony Turgis qui s'impose au sprint après le retour d'une dizaine de coureurs, dont Olivier Le gac et Pierre Latour dans le groupe. Article d'après cyclismactu.net

vendredi 18 avril 2014

Le Paris Roubaix de Vélostar

Présent sur le Paris Roubaix au plus près des coureurs, Vélostar.fr vous permet de revivre la course de l'intérieur.

Fabian Cancellara - Crédit photo www.velostar.fr

Le samedi 12 Avril 2014 avait lieu la présentation des équipes. C'est lors de ce moment que nous sommes allés recueillir les impressions des coureurs dont celui de Johan Vansummeren après son accident sur le Tour de Flandres : « C’est peut-être difficile à comprendre, mais le fait de rouler sur les pavés pouvait me laver la tête. Ça m’a fait du bien, même si je sais que ce sera sans doute compliqué dimanche. » ou encore celui de Tom Bonnen, vainqueur à quatre reprises de la classique, nous affirmant « être calme et sans pression pour la course de demain. » Mais une seule phrase est revenu le long de l'apès midi : "Cancellara sera l'homme à battre"





Le lendemain, les visages étaient tendus sur le ligne de départ. Rarement Paris-Roubaix n'aura réservé autant de suspense dans l'ère moderne.

199 coureurs au départ de cette édition 2014 - Crédit photo www.velostar.fr

Bretagne-Séché Environnement en force 
Dès le départ, donné à 10h27 à 199 coureurs, les inévitables escarmouches ont imprimé une allure rapide au début de course (48,6km parcourus dans la première heure), jusqu'à ce que la première échappée significative prenne forme au km 23, rassemblant huit concurrents : David Boucher (FDJ), Kenny De Haes (LTB), Michael Kolar (TCS), Benoît Jarrier et Clément Koretzky (BSE), Tim De Troyer (WGG), Andreas Schillinger (TNE) et John Murphy (UHC). Abandonnant toute velléité de poursuite après vingt kilomètres d'effort, le peloton s'est retrouvé pointé à 9'10'' des hommes de tête au km 50, leur permettant ainsi d'aborder avec une avance confortable le premier secteur pavé, à Troisvilles, à l'approche du centième kilomètre de course.

Kristoff écarté sur crevaison et chute
Arnaud Demare
Crédit photo www.velostar.fr
Tom Boonen (OPQ) a été le premier des favoris à subir une crevaison dans le secteur pavé n°26 alors que la chasse s'organisait derrière les huit hommes de tête. La grande bagarre n'était pas encore déclenchée qu'Arnaud Démare (FDJ), le grand espoir français, subissait coup sur coup une crevaison et une chute avant de reprendre place dans le peloton. Avant l'entrée dans la cruciale trouée d'Arenberg, le Team Sky a pris le relais d'OPQS, Belkin et Trek pour ramener l'écart à 4'25''. La principale victime d'Arenberg fut le vainqueur de Milan-San Remo, Alexander Kristoff (KAT), écarté sur crevaison, avant d'en subir une autre puis une chute et d'abandonner tandis qu'à l'avant, une accélération de Schillinger a morcelé l'échappée. Le groupe de tête, réduit à quatre unités (Schillinger, Jarrier, De Troyer, Murphy), a maintenu une avance de quatre minutes à l'amorce des deux dernières heures de course.

Boonen et Hushovd à l'offensive

Tom Boonen - Crédit photo www.velostar.fr

Délesté de l'Américain Murphy, le trio de tête a été revu à 61km de l'arrivée par huit contre attaquants parmi lesquels Tom Boonen (OPQ), auteur d'un numéro de virtuose pour sortir seul du peloton sur le secteur pavé n°13. Un groupe de six fuyards s'est formé sous son impulsion à 50 kilomètres de l'arrivée. A la sortie du secteur 10 de Mons-en-Pévèle, Boonen (OPQ), Hushovd (BMC), Tankink (BEL), Thomas (SKY), De Backer (GIA) et Martinez (EUC) se sont octroyé trente secondes d'avance un peloton encore fourni, d'où se sont extraits Sagan (CAN) et Wynants (BEL) alors que tout semblait indécis à 35km du but.

Onze en tête à 9km du but
Peter Sagan
Crédit photo www.velostar.fr
A 21km du but, l'attaque de Sagan a surpris Boonen et Hushovd, les deux coureurs les plus déterminés à maintenir en vie cette échappée de huit coureurs. Une jonction s'est opérée derrière Sagan, permettant à Vanmarcke (BEL) d'accélérer dans le secteur 5 de Camphin-en-Pévèle, le Belge emmenant dans son sillage Cancellara (TFR), Stybar (OPQ) et Degenkolb (GIA). Nul ne parvenant à faire la décision, 11 coureurs sont apparus en tête à 9km de l'arrivée : Cancellara, Vanmarcke, Boonen, Stybar, Terpstra, Wiggins, Thomas, Langeveld, Sagan, Degenkolb et De Backer.

Le surnombre d'OPQS profite à Terpstra
OPQS étant en surnombre (3) dans ce groupe, Niki Terpstra en a profité pour attaquer à 6km de l'arrivée. C'était la bonne initiative. L'écart n'a cessé de croître avant l'entrée sur le vélodrome, avec 23 secondes d'avance, du Néerlandais déjà vainqueur du Tour du Qatar cette année. John Degenkolb et Fabian Cancellara n'avaient d'autre alternative que de se battre pour les places d'honneur sur le podium. D'arpès ASO.

Niki Terpstra, vainqueur de Paris Roubaix 2014 - Crédit photo www.velostar.fr

Photos

Présentation des équipes :
Vélostar.fr : ici
Périne Photographie : ici

Course :
Vélostar.fr : ici

L'essonnien Yoann Offredo - Crédit photo Périne.Photographies

dimanche 13 avril 2014

Randonnée caritative le 8 mai 2014

Pour ceux qui veulent faire une bonne action tout en pédalant..

mardi 8 avril 2014

Offredo et le Tour des Flandres, une histoire d'amour à construire

Pour ceux qui aurait raté le reportage consacré à Yoann Offredo (FDJ.fr) sur Eurosport : "Entrez dans ma Ronde". La vision des classiques flandrienne du coureur essonnien

51,1 km de pavés


Sur la base des reconnaissances du parcours effectuées le 7 avril par Christian Prudhomme, Jean-François Pescheux et Thierry Gouvenou, les organisateurs ont attribué une note de difficulté à chacun des 28 secteurs pavés de la course, évaluée en fonction de leur longueur, de l'irrégularité des pavés, de l'état général du tronçon et de son emplacement.


Le degré d'exigence et d'incertitude reste intact année après année, mais l'ordonnancement des difficultés peut-être légèrement modifié, comme c'est le cas avec la réintroduction de trois secteurs pavés qui avaient quitté le programme de la Reine des Classiques depuis plusieurs années. Ainsi, après le premier temps fort des retrouvailles avec les pavés, du côté de Troisvilles (km 97,5), le peloton s'écartera de l'itinéraire de l'édition précédente pour un crochet qui l'emmènera vers Solesmes et Saulzoir, puis à Famars. Les nombreux participants à cette reconnaissance ouverte aux médias ont ensuite pu constater que les pavés de la Trouée d'Arenberg étaient recouverts d'une couche de mousse et d'herbe qui pourrait rendre le pilotage encore plus hasardeux ! Les perdants et les bénéficiaires de la sélection toujours redoutable dans la Trouée aborderont ensuite avec le « Pont Gibus » les portions qui seront empruntées dans le sens inverse lors de la 5ème étape du prochain Tour de France. La visite du jour a donné l'occasion à Christian Prudhomme d'inaugurer la ligne d'arrivée qui sera tracée le 9 juillet à Wallers, et de rappeler l'intérêt de cette séquence forte pour le Tour : « les pavés, au même titre que les ascensions en haute montagne ou encore les descentes très techniques, font partie des spécialités du cyclisme. Il est normal qu'ils trouvent épisodiquement leur place sur le Tour. D'ailleurs, notre dernier passage ici en 2010 avait donné lieu à une étape de très haute intensité ». Avant de penser aux éventuelles conséquences sur le classement général du Tour, les prétendants encore en lice pour le titre de la 112ème édition de Paris-Roubaix auront encore deux autres secteurs classés 5 étoiles pour se départager, à Mons-en-Pévèle et au Carrefour de l'Arbre. Ensuite, tout se jouera sur le vélodrome ! D'après ASO

Les 28 secteurs pavés de Paris-Roubaix

28. Troisvilles (km 97,5 - 2200 m) +++
27. Viesly (km 104 - 1800 m) +++
26. Quievy (km 106,5 - 3700 m) ++++
25. Saint-Python (km 111 - 1500 m) ++
24. Solesmes (km 119,5 - 800 m) ++
23. Saulzoir (km 126 - 1200 m) ++
22. Verchain-Maugré (km 130,5 - 1600 m) +++
21. Quérénaing - Famars (km 135 - 1200 m) ++
20. Monchaux-sur-Ecaillon (km 140,5 - 1600 m) +++
19. Haveluy (km 153 - 2500 m) ++++
18. Trouée d'Arenberg (km 161,5 - 2400 m) +++++
17. Wallers - Hélesmes, dit « Pont Gibus » (km 167,5 - 1600 m) +++
16. Hornaing (km 174,5 - 3700 m) ++++
15. Warlaing - Brillon (km 182 - 2400 m) +++
14. Tilloy - Sars-et-Rosières (km 185 - 2400 m) ++++
13. Beuvry-la-Forêt - Orchies (km 191,5 - 1400m) +++
12. Orchies (km 196,5 - 1700 m) +++
11. Auchy-lez-Orchies - Bersée (km 202,5 - 2700 m) ++++
10. Mons-en-Pévèle (km 208 - 3000 m) +++++
9. Mérignies - Avelin (km 214 - 700 m) ++
8. Pont-Thibaut (km 217,5 - 1400 m) +++
7. Templeuve - Moulin de Vertain (km 223,5 - 500 m) ++
6. Cysoing - Bourghelles (km 230 - 1300 m) ++++
    Bourghelles - Wannehain (km 232,5 - 1100 m) +++
5. Camphin-en-Pévèle (km 237 - 1800 m) ++++
4. Le Carrefour de l'Arbre (km 240 - 2100 m) +++++
3. Gruson (km 242 - 1100 m) ++
2. Hem (km 249 - 1400 m) ++
1. Roubaix (km 256 - 300 m) +

Partagez sur Facebook